Le bateau ivre (2)

270 mots

La lecture proposée avec la deuxième partie de cet article est Le silence des sirènes (Das Schweigen der Sirenen), de Franz Kafka.

Ce jeu du chat et de la souris, qui se complique du fait que Kafka brouillant les pistes, comme souvent, on ne sait plus qui est le chat et qui est la souris, a donné lieu à de nombreuses interprétations qu’il faut lire.

Tout le monde connaît l’histoire d’Ulysse, celui de l’Odyssée. Les matelots, protégés grâce à la cire qu’ils ont dans les oreilles, seront imperméables au chant des sirènes. Mais Ulysse, qui veut l’entendre sans risquer sa vie, se fait attacher au mât.

Le nouvel Ulysse, celui de Kafka, ne se contente pas du mât, qui lui garantirait la vie sauve : il renonce à entendre le chant des sirènes, il refuse tout contact, toute proximité avec leur art (leurs artifices ?) qu’il sait dangereux. Finalement, il ne sait même pas si elles ont chanté.

Voir ou revoir :

  • La traduction du verbe devenir
  • Le participe présent
  • Particules et préverbes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.